Centre Jeanne Schlotterer

L'Histoire de Jeanne Schlotterer

 

Le centre social et culturel porte le nom de Jeanne Schlotterer, en mémoire de l'ancienne directrice d'école, originaire de la cité du Sapeur, morte en déportation.

Née Jeanne Bloch le 18 avril 1887, elle épouse le 5 août 1909 Donat, Maxime Schlotterer, instituteur de l'école publique à Lure. Mobilisé comme sous lieutenant en 1914, il tombe au champ d'honneur le 1er avril 1915.

En octobre 1939, Jeanne Schlotterer est directrice du cours complémentaire des filles. A la suite de la mobilisation de certains professeurs, les deux cours garçons et filles sont regroupés. Elle en devient la co-directrice avec M.Fournier.

Elle doit quitter son poste en décembre 1940, contrainte par une des premières mesures anti-juives de Vichy. Profondément choquée par le port de l'étoile jaune, elle cherchait sans cesse à la dissimuler sous sa grande cape noire.

Le lundi 21 février 1944, il est ordonné d'arrêter les juifs français de Haute-Saône. Jeanne et sa soeur, Andrée Bloch, qui avant, était caissière à la perception de Lure et à la recette municipale, sont arrêtée à leur domicile, route de Vesoul. Dans la nuit du 21 au 22, le groupe est transféré à Héricourt, salle de Justice de Paix à la Mairie, dans l'attente de nouveaux arrivants.

Transportés à Belfort, ils prennent place dans deux fourgons qui partent vers Paris. Le samedi 26 février, le groupe monte dans plusieurs bus pour Drancy. Jeanne et Andrée sont inscrites sous les numéros 15 607 et 15 608. Déportées à Auschwitz dans le convoi 69, elles ne sont jamais revenues. Les actes de décès, sur témoignages de déportés, portent la mention Mort pour la France transcrits le 20 juin 1946 sur les registres de l'état-civil de Lure. Les décès ont été fixés par le ministère des Anciens Combattants au 15 mars 1944

Source Lure Libérée

De Pierre Antoine

>